MONOD Ginette –

Ginette Monod

Créatrice de bijoux

Ginette Monod par Ginette Monod –

Bijoux du Désert –
J’ai été conçue dans l’allégresse de la Libération . Née à Biot dans une famille d’artisans-créateurs: mon Grand Père Augé-Laribé a fondé en 1920 La Poterie Provençale. Mon Père Eloi Monod a crée la Verrerie de Biot en 1956 .
Après un an à l’école des Arts décoratifs de Nice. j’ai passé une année aux Ateliers Claireau dans la vallée de Chevreuse où j’ai essayé toutes sortes de techniques artisanales. C’est là que je rencontre Bernard Dejonghe qui y enseignait. C’est le Textile qui m’a le plus intéressée.
J’ai d’abord tissé des vêtements, puis des voilages, et des tapis, puis des Tapisseries de toutes sortes de matières et techniques. C’était les années 70, grande époque de
«La Nouvelle Tapisserie », l’après 68, le Féminisme …
Quand nous avons été de Paris à Briançonnet ( montagne des alpes Maritimes ) en 1976, j’ai ramassé des chiffons: « Elle sauve, elle redonne vie et révèle l’âme des vieux vêtements, élimés, rapiécés, réparés, et les transforme en œuvres d’art. » ( TextileArt , revue ,1980 )

Depuis 1990 nous sommes allés chaque année, plus d’un mois, dans une région du Sahara ( Niger, Tchad, Soudan, Egypte, Mali ,Ethiopie, Djibouti … ) puis la Mongolie et l’Atacama du Chili.
La rencontre de Maguy Vautier ( Association ATLIK puis NOMAD ) m’amène à fonder une école à Niamey pour les enfants des rues dont je m’occupe de 1993 à 2012 .  Ainsi j’abandonne le Textile, mais je crée des liens durables avec les Touaregs ( j’ai même une fille adoptive ).
Au cours des voyages Sahariens, pendant plus de 20 ans, je ramasse des trésors  , curiosités minérales ou archéologiques . J’en fais des Bijoux .

 

Parures terrestres, parures célestes
« Elle a marché longtemps, silhouette blanche oblique, le cheveu enflammé ,  le regard rivé sur le sol.
Et elle a vu ce que l’on aurait voulu voir.
Elle s’est penchée, elle a cueilli dans le sable ces perles oubliées, ces perles de pays qui n’existent plus.
Et depuis elle fait tourner  graines pétrifiées,  brindilles minérales,  terres cuites brisées, fléchettes hyalines, coquilles éclatées, nummulites porcelaines,
elle les fait tourner autour de son cou comme tournent les astres autour du soleil.
Et si je vous disais maintenant que la pierre est pierre, alors je serais en état d’inconscience. » Violaine Sautter


Cette artiste a participé au 19PaulFort à :
> L’exposition « Aux confins de la terre et du feu – Quatre artistes voyageurs » du 19 novembre au 13 décembre 2020