NAGASAWA Setsuko –

Setsuko NAGASAWA

Céramiste

Née le 2 mars 1941 à Kyoto (Japon).
Setsuko est née à Kyoto où elle a grandi dans un haut lieu céramique : elle décide à 18 ans de s’inscrire aux Beaux-Arts de cette ville où elle acquiert une formation complète et traditionnelle, basée sur l’objet et le respect de la terre. Cependant, après des rencontres, en 1960, avec les céramistes américains, comme Paul Soldner et Peter Voulkos, elle est séduite par leur grande liberté d’expression en fort contraste avec sa formation japonaise. Setsuko passera deux ans au Scripps College de Claremont en Californie.
Ensuite elle s’inscrira aux Beaux Arts de Genève, où elle obtiendra en 1978 un diplôme en sculpture. Suivra l’enseignement aux Ateliers pluridisciplinaires d’expression plastique de Fontblanche, à Vitrolles en France, puis, de 1991 à 2005, à l’Ecole Supérieure d’Arts Appliqués à Genève, où elle marquera de sa personnalité, sensible, exigeante et responsable, le parcours de ses étudiants. Elle est invitée à deux reprises au Centre Européen de recherches en céramique aux Pays-Bas, à ‘S-Hertongenbosch.
Elle est membre et vice-présidente de l’Académie internationale de céramique, experte auprès de l’Office fédéral de la culture. Elle est souvent sollicitée dans les jurys pour les écoles ou pour les concours. De nombreuses expositions internationales, personnelles et collectives, des prix et distinctions, des achats par les collectionneurs et musées, des réalisations d’art public, ponctuent sa carrière de céramiste de renommée internationale.
En parallèle avec son engagement dans l’enseignement, elle continue son travail personnel où elle expérimente des pièces avec des textiles trempés dans la barbotine, des installations de dimensions imposantes en terre crue, le façonnage en grès ou en porcelaine de formes géométriques, simples et fortes, la plupart du temps sans émail. Elle perfectionne aussi des techniques de cuisson avec un mélange de matériaux partiellement combustibles et travaille actuellement la terre cuite, orange ou blanche, et l’enfumage. Les volumes de ses pièces peuvent être des polyèdres ou des sphères qui se répondent et s’harmonisent dans les tons, allant du blanc au noir charbonneux, en passant par tous les camaïeux de gris et d’orangé.