Événements prochains et en cours au 19 Paul Fort


Une rencontre, une idée, un voyage… sont à l’origine des expositions-événements. Le 19 Paul Fort est une sorte de maison galerie où les artistes qui participent à une exposition, travaillent sur un thème commun, ou alors, c’est leur identité artistique qui permet de les associer. Les œuvres d’un photographe font écho à celles d’un céramiste, ou s’harmonisent avec les meubles, les luminaires présentés… Toutes les formes d’expression artistique trouvent leur place dans ce lieu.
Au 19PaulFort, nous restons fidèles aux artistes qui se sont déjà produits dans ce lieu, mais la programmation reste ouverte aux nouveaux talents.


Mercredi 24 novembre à 18h

Dominique Berthet
sera 19 rue Paul Fort pour la présentation
par Hélène Sirven de l’ouvrage
« Les hasards dans l’art »

Comment s’élabore le processus créateur ? Si l’œuvre visuelle conserve son potentiel énigmatique, il en va de même pour les modalités de sa création. Quel parcours, quelles étapes ont conduit l’artiste jusqu’à l’œuvre qu’il considère comme achevée et qu’il offre alors au regard du public ?
Ce que l’on sait au travers de témoignages et de réflexions à ce sujet de la part d’auteurs et d’artistes, c’est qu’entre l’intention du créateur et le résultat obtenu, un cheminement complexe a été suivi. L’œuvre réalisée, dans une certaine mesure, est autre que l’intention qui l’a engendrée. Que s’est-il passé dans cet entre-deux ?
Créer c’est prendre en compte l’apparition, en cours de réalisation, de l’imprévu, de l’accident, du contingent, du hasard. Comment ce surgissement de l’incontrôlé influe-t-il sur l’élaboration de l’œuvre ? Comment l’artiste réagit-il ? Qu’en fait-il ? Ces quelques textes sur le hasard apportent des éléments de réponse à ces questions, montrant toute la complexité du travail conduisant à l’œuvre aboutie.


Des œuvres de l’artiste et photographe Antoine Poupel feront également partie de cette présentation.

> Lire la fiche de Dominique Berthet
> Lire la fiche d’Antoine Poupel

Conditions sanitaires : pass demandé, port du masque et produit hydroalcoolique à disposition.


Exposition prolongée jusqu’au 12 décembre 2021

19 rue Paul Fort-Paris 75014
sur rendez-vous :
01 48 74 27 80 – helenaziza@19paulfort.com


De l’Inde à Courboissy
deux artistes céramistes en résidence

Thiébaut Chagué
Jacques Kaufmann

Thiébaut et Jacques se sont rencontrés en Inde, en résidence, dans un petit village du Madhya Pradesh où ils étaient invités à réaliser des œuvres monumentales. De retour en France, ils ont souhaité continuer cette aventure et c’est dans la tuilerie de Courboissy qu’ils ont produits des pièces de très petites tailles jusqu’au monumental.
Dans cette exposition, résultat de leur collaboration, seront également présentés des antiquités, des objets d’art populaire indien (textiles, bois, bijoux…) leur rappelant leur résidence indienne ainsi que les tomettes de Courboissy !
Conditions sanitaires : pass demandé, port du masque et produit hydroalcoolique à disposition

Jacques Kaufmann (> voir sa fiche). Carreau 14,5×14,5cm Chagué-Kaufmann.
Boite et bol
Thiébaut Chagué (> voir sa fiche). Sculpture 30x30x20cm

La rencontre


Deux céramistes, Thiébaut Chagué et Jacques Kaufmann, se connaissaient « de réputation » mais ne s’étaient jamais rencontrés.
 Leurs parcours auraient pu se croiser à maintes reprises, en France, en Afrique où ils ont tous deux vécu et travaillé… Mais c’est en Inde qu’ils vont enfin se rencontrer, dans une petite ville du Madhya Pradesh, où ils sont invités à un symposium dédié à la réalisation d’œuvres de grandes dimensions, cuites in situ : leur spécialité.
 Ils reviennent en France avec l’intense désir de travailler à nouveau côte à côte en résidence. Les deux artistes sont en effet des habitués des résidences, sous toutes sortes de latitudes, tout au long de leur carrière (Inde, Chine, Japon, Corée, Italie, Espagne, Danemark, Finlande, Allemagne, etc…).
 Le lieu est trouvé : Courboissy, une fabrique de terres cuites, perdue au milieu d’un champ : une cheminée monumentale, un immense hangar-atelier rempli de machines démontées, et un ouvrier qui travaille seul dans une petite pièce reculée ; une découpeuse de boudins de terre et une presse sont ses seuls outils. Deux fours monumentaux sont en ruine, et un troisième en fonction, se révèle être un four à bois transformé en four à gaz. Il contient les reliefs d’une dernière cuisson.
 Et là, tout est beau, renversant, émouvant : d’abord ce qui reste de l’enfournement, comme une bibliothèque de carreaux immédiatement renommée « carreauthèque », et la terre, révélée par une cuisson généreuse. Thiébaut et Jacques sont conquis et Olivier Brunet, patron des lieux, prêt à les accueillir.
 La terre, les argiles utilisées, sont le terreau commun. Une terre qui a la qualité rare aujourd’hui d’avoir été préservée d’un traitement trop intrusif, et qui a donc encore son histoire géologique. La résidence a commencé en mai 2020, et les œuvres réalisées sont présentées dans cette exposition, à la maison-galerie 19PaulFort.
« Il s’agit in fine d’apporter, par un travail artistique, une valeur émotionnelle ajoutée personnelle aux terres cuites produites à Courboissy, afin de mieux redonner à percevoir, si possible promouvoir et diffuser largement ces produits, en invitant architectes et aménageurs d’intérieurs à visiter l’exposition».


> voir la fiche de Jacques Kaufmann
> voir la fiche de Thiébaut Chagué

Un documentaire sur la résidence et un second sur l’usine, par Maurice Bouchentouf :