Exposition – « Sous leurs protections » [4 au 24 février 2019] –

Les sculptures africaines choisies par Max Lanci, les motifs des tissus africains présentés par Marie Cardon, les arbres de Michel Séméniako, les sculptures de Lawson Oyékan, toutes ces formes constituent « un mélange convaincant de moderne, d’intemporel, de local, de cosmique. » Garth Clark.
La mémoire que toutes ces pièces portent en elles est une protection, une sorte de rempart contre les maux de l’humanité.

ESPRITS DES ARBRES

Après avoir commencé mes prises de vues nocturnes en 1984 par les menhirs de Carnac, le désir m’est venu d’aller photographier de la même manière les arbres sacrés de Casamance au Sénégal. Le lien spirituel entre la terre et le cosmos participait de la même démarche.
Sitôt arrivé dans le premier village de cases, présenté au sorcier, je lui demandais en quoi cet arbre (celui qui figure sur l’invitation) est sacré, il me répond qu’il contient les esprits des ancêtres. Je comprends alors que je me trouve face à un monument, non un monument funéraire comme chez nous, fait de pierre et solennel, mais un monument de vie qui des racines du passé se projette dans le futur par son appareil végétal, et la sève circule des morts vers les vivants : cet arbre est l’image de notre humanité, on ne peut que le révérer, et cela au-delà de toutes religions (le village comptait des chrétiens et des musulmans). Le détruire serait une atteinte à la vie de la communauté.
La lumière sera pour moi le signe de cette sève humaine, de l’esprit de l’arbre, de celui de la communauté.
On a pu réduire cette vision à de la superstition, mais on découvre aujourd’hui que l’arbre ne sert pas qu’à produire des planches, il est indispensable à notre vie biologique, si les arbres venaient à disparaître, l’homme ne tarderait pas à faire de même. C’est le sens de la présence des arbres dans mes images, plus tard, la couleur va me permettre d’inscrire les arbres dans l’espace sensible, en appelant notre imaginaire à lâcher prise avec les évidences diurnes : « allumez les lampes du cerveau de la nuit » Max Ernst. Michel Séméniako – Exposition « Sous leurs protections » 2019

> Voir la fiche de Lawson Oyékan
> Voir la fiche de Marie Cardon
> Voir la fiche de Max Lanci
> Voir la fiche de Michel Séméniako