KERECKI Stéphane •

© O. Degen

Stéphane Kerecki

Contrebassiste

Né (1970) à Paris. Vit à Paris
Stéphane commence par étudier l’économie, tout en étudiant en parallèle la musique. Au conservatoire, il prend des cours avec David Patrois, Jean Bardy et Olivier Sens. Il intègre ensuite le conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, où il a comme professeurs de contrebasse Jean-François Jenny-Clark, Riccardo Del Fra et Jean-Paul Céléa.
Il cite Dave Holland, Charlie Haden et surtout Scott LaFaro parmi ses influences en tant que contrebassiste.
Stéphane Kerecki commence sa carrière auprès de Steve Potts, puis auprès de nombreux musiciens en tant que sideman, notamment Daniel Humair, Denis Colin, Guillaume de Chassy, Yaron Herman, François Jeanneau, Sheila Jordan, Steve Lehman, Ronnie Lynn Patterson, Michel Portal, Thomas Savy. Il est également le bassiste du Paris Jazz Big Band de Nicolas Folmer.
Il obtient en 2001 le deuxième prix de soliste au Concours national de jazz de la Défense.
En 2003, il monte son propre trio, formation qu’il affectionne particulièrement, avec Matthieu Donarier aux saxophones et Thomas Grimmonprez à la batterie. Leur deuxième album, Focus Dance, reçoit le prix de l’Académie Charles-Cros et plusieurs distinctions dans la presse musicale (Jazz Magazine, le Monde de la Musique). Le troisième album du trio, Houria, est nommé aux Victoires du Jazz 2009 dans la catégorie « révélation instrumentale » et est distingué par la presse musicale
En 2005, le magazine français Jazzman le classe parmi les « 125 talents pour demain ».
Son duo Patience avec John Taylor (2011) reçoit dès sa sortie un accueil très favorable avec la récompense « Choc » de Jazz Magazine Jazzman.
En 2012, le trio enregistre son dernier opus « Sound Architects » en compagnie du saxophoniste Tony Malaby et du pianiste serbe Bojan Z (Michel Portal, Henri Texier, Julien Lourau…), pour le label Outnote/Outhere. Ce disque est salué par la presse spécialisée («Indispensable JAZZ NEWS», Sélection SO JAZZ, Elu citizen Jazz, MUST TSF…) et est sélectionné parmi les 3 disques de jazz de l’année 2012 par le quotidien «Libération».
En 2013, Stéphane Kerecki est nommé parmi les trois finalistes du Prix Django Reinhard (Musicien Français de l’année) de l’«Académie du Jazz».
En 2014, Il enregistre le CD « Nouvelle Vague » avec John Taylor, le saxophoniste Emile Parisien, et le batteur Fabrice Moreau. La chanteuse Jeanne Added rejoint le groupe sur deux titres dont «La chanson de Maxence» de Michel Legrand qui sera saluée par Télérama comme la chanson jazz de l’année 2014. Ce CD reçoit entre autres distinctions, un Choc de Jazz Magazine, FFFF Télérama, et le Prix de l’«Académie du Jazz», récompensant le Meilleur Disque de Jazz enregistré par un
Musicien Français.
En 2015, il est lauréat des Talents Jazz ADAMI, il est cité parmi les trois musiciens de l’année 2014 par Jazz magazine et le CD Nouvelle Vague reçoit la « Victoire du jazz du Meilleur Disque de l’Année 2015 ».
En 2016 et 2017 il participe à deux trios pour lesquels il écrit une partie du répertoire : le trio « Modern Art » fondé par Daniel Humair et auquel s’ajoute le saxophoniste Vincent Lê Quang, et le trio Aïrès fondé par le pianiste Edouard Ferlet et la trompettiste Airelle Besson. Ces deux projets sont unanimement salués par la critique (le Monde, Télérama etc…)
En 2018 sort chez Incises Records son nouvel opus « French Touch » en quartet avec Emile Parisien, Fabrice Moreau et le pianiste Belge Jozef Dumoulin autour des standards de l’électro-pop française. Le CD est plébiscité par la presse spécialisée : « CHOC Jazz Magazine », « Incontournable » Jazz News.
En 2019 il coécrit et coproduit le nouvel Opus de Daniel Humair « Drum Thing » avec Vincent Lê Quang et Yoann Loustalot. En 2020 il commence une nouvelle collaboration sur scène avec le Pianiste Thomas Enhco autour de « Folk Songs ».


Cet artiste a participé au 19 Paul Fort à : 
> Un concert au sein du Daniel Humair trio, avec Daniel Humair (batterie) et Vincent Lê Quang (saxophone), le 30 novembre 2023